Festival de Cannes 2015

festival-cannes-affiche-2015-ingrid-bergaman-menly1

Comme chaque année, le Festival de Cannes a déroulé son tapis rouge du 13 au 24 mai, mais cette fois, il a exceptionnellement accueilli deux présidents du jury, les réalisateurs Joel et Ethan Coen (The Big Lebowski, O’Brother, Burn after reading).

Le reste du jury était composé des actrices Rossy de Palma, Sophie Marceau et Sienna Miller, de la musicienne Rokia Traoré, de l’acteur Jake Gyllenhaal, et enfin des réalisateurs Guillermo del Toro et Xavier Dolan. Quant au maître de cérémonie, c’est Lambert Wilson qui a été choisi pour cette 68e édition.

Enfin, c’est le film d’Emmanuelle Bercot, La Tête haute et le documentaire de Luc Jacquet, La Glace et le Ciel, qui ont été respectivement choisis comme les films d’ouverture et de clôture du Festival.


EN COMPÉTITION     

PALME D’OR
    • DHEEPAN, réalisé par Jacques AUDIARD

Cette année, les français sont les grands vainqueurs de ce palmarès cannois. À commencer par la palme d’or, décernée à Jacques Audiard pour son nouveau film Dheepan qui retrace la vie d’un réfugié tamoul en France. Habitué du festival, le réalisateur a en effet présenté à de nombreuses reprises ses films à Cannes. Après son excellent long-métrage Un Prophète en 2009, gagnant du Grand prix du Jury la même année, il repart en 2015 avec le prix le plus prestigieux du festival, atteignant une certaine consécration dans sa carrière.

Palme-dor
  GRAND PRIX
    • SAUL FIA (LE FILS DE SAUL), réalisé par szló NEMES

Grand-Prix

PRIX DE LA MISE EN SCÈNE
    • HOU HSIAO-HSIEN pour NIE YINNIANG (THE ASSASSIN)

Un film d’arts martiaux sans action. C’est là tout le génie d’Hou Hsiao-Hsien qui se lance avec The Assassin, dans un nouveau genre filmographique sans se défaire de ses habitudes stylistiques. En gardant son inévitable actrice phare, Shu Qi, incroyable dans Millennium Mambo sorti en 2001, le réalisateur taïwanais de Café Lumière reprend son ton lent et décalé, charmant le jury cannois qui lui décerne le prix de la mise en scène pour ce nouveau long-métrage.

Prix de la mise en scene

PRIX DU SCÉNARIO
    • Michel FRANCO, pour CHRONIC

Prix du scenario

PRIX D’INTERPRÉTATION FÉMININE EX-AEQUO
    • Emmanuelle BERCOT dans MON ROI, réalisé par MAÏWENN
    • Rooney MARA dans CAROL, réalisé par Todd HAYNES

Prix d'interpretation feminine

PRIX D’INTERPRÉTATION MASCULINE
    • Vincent LINDON dans LA LOI DU MARCHÉ, réalisé par Stéphane BRIZÉ

C’est sans aucun doute une consécration pour Vincent Lindon. En recevant le prix d’interprétation masculine pour la Loi du marché, il récolte ici le plus grand prix de sa carrière depuis ses débuts au cinéma en 1983. Dans le nouveau film de Stéphane Brizé, il interprète Thierry Taugourdeau, un cinquantenaire et chômeur aguerri. Face à sa prestation sans faute, il a ébloui le jury de ce 68e festival de Cannes.

prix d'interpretation masculine

PRIX DU JURY
    •  THE LOBSTER, réalisé par Yorgos LANTHIMOS

Prix-du-jury
COURTS-MÉTRAGES
Palme d’or du court métrage
    • WAVES ’98, réalisé par Ely DAGHER

Court-metrage


UN CERTAIN REGARD  

CAMÉRA D’OR
   • LA TIERRA Y LA SOMBRA, réalisé par César Augusto ACEVEDO
Prix Un Certain Regard
   • HRÚTAR (BÉLIERS), réalisé par Grímur HAKONARSON

Camera dor - prix un certain regard

Prix du Jury – Un Certain Regard
    • ZVIZDAN (SOLEIL DE PLOMB), réalisé par Dalibor MATANIC
Prix de la mise en scène – Un Certain Regard
    • KISHIBE NO TABI (VERS L’AUTRE RIVE), réalisé par Kiyoshi KUROSAWA
Prix Un Certain Talent
    • COMOARA (LE TRÉSOR) réalisé par Corneliu PORUMBOIU

Prix Un certain Regard

Prix de l’avenir ex-aequo
    • NAHID, réalisé par Ida PANAHANDEH
    • MASAAN, réalisé par Neeraj GHAYWAN

Prix de l'avenir ex-aequo

© Elena Brooks
© photos : allocine ; festival-cannes.com

Twitter-icon.png.pagespeed.ce.KJC6ybpB5S facebook logotipo-oficial-tumblr-azul-2014

Leave A Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *